Iron Fist, la série coup de poing

Autant commencer par le dire clairement, la série a été critiquée outre-Atlantique, et comme les journalistes en France qui critiquent sont pompeux et se veulent de constamment copier sur les Etats-Unis, on finit par avoir des critiques comme celle du Huffington Post totalement dénuée d’intérêt. Je vais ici donner mon avis, sans être pour autant un professionnel, mais un téléspectateur lambda, plongé dans les comics depuis quelques années maintenant.

lesmecsfaitespachier
Les gars sérieux ?

La série Iron Fist complète les séries Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, en vue d’une réunion à la Avengers, à savoir Defenders. L’histoire, c’est celle de Dany Rand, fils du PDG de Rand, l’une des plus grosses entreprises de New-York, dont les parents sont morts lors d’un accident d’avion en Himalaya, où seul Dany, enfant, a survécu. Il a été ensuite été recueilli et élevé par des moines, à K’un-Lun, en vue de devenir un maître des arts martiaux, Iron Fist (littéralement soin d’acier). Lorsqu’il rentre à New-York, 15 années après avoir été déclaré mort, il tente de récupérer l’entreprise de son père, non pas pour l’argent, mais pour honorer son nom. Seulement, lorsqu’on est présumé mort, pas facile de récupérer son identité, surtout en parlant de moines en Himalaya, de dragons, et de guerriers légendaires.

On suite donc au fur et à mesure des épisodes cette reprise de « pouvoir » dans la société, passant de l’hôpital psychiatrique, à la réhabilitation de l’homme, tout en apprenant plus de choses sur le passé de Dany, comment est-il devenu l’Iron Fist. Egalement, la première saison décrit le combat idéologique entre les moines de K’un-Lun, The Hand ( croisée durant toute la seconde saison de Daredevil à Hell’s Kitchen), les Meatchum (famille de substitution de Dany), et Madame Gao, qui est un peu partout.

Cette série n’égale pas Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, car ce n’est pas le même style. Ici, nous ne sommes pas cantonnés dans un quartier de New-York, comme Harlem, mais au contraire bouge dans Brooklyn, ou encore la Chine. Le ton est également moins sombre, plus adolescent, sans pour autant tomber dans l’enfantin. La réalisation et les chorégraphies sont aussi différentes, lors des combats on ressent « l’esprit » zen, en totale adéquation avec les différentes techniques de combat, que ce soit le wushu, ou d’autres, d’où l’impression de lenteur parfois.

Un scénario plat ?

Concernant le scénario, j’ai personnellement été un peu déçu, car Iron Fist souffre de la répétition avec les précédentes séries Marvel/Netflix, dans la mesure où il y a constamment Claire Temple qui accourt pour donner la morale, et soigner les blessures, ce sont toujours les mêmes scènes. J’ai également lu certaines reviews américaines qui en avaient après cette « origin story », mais difficile de trop innover et rester en accord avec celle des comicbooks. Ici on a un garçon qui, selon la légende, tombera du ciel et deviendra l’Iron Fist, oui certes c’est linéaire (comme la trajectoire de l’avion dans les montagnes.. !), mais l’efficacité de la narration au fil des épisodes est là.

En revanche, on ne peut pas parler d’un scénario trop plat, où on ne se prend pas du tout la tête. Bien que ca se regarde tranquillement, il est question de moral, entre Dany qui doit choisir son identité (Iron Fist ou Dany Rand ?), et surtout les Meachum, Ward et Joy, qui étaient amis avec Dany avant sa disparition. J’ai eu beaucoup de mal à les cerner, car au fur et à mesure des épisodes, leurs prises de position changent, il n’y a qu’à voir Joy lorsqu’elle demande  » Are we the good guys ? « ,  et ce qu’elle fait à la toute fin du dernier épisode. Tout comme Ward qui a, disons.. Multiples facettes, allant du mec qui aide et protecteur, au tueur, en passant par drogué. Pour finir sur les Meachum, un membre de la famille va s’avérer être le bad guy de la saison 1, et il m’a clairement fait penser à celui du comics Iron Fist #1 Rage, sorti en VF chez Panini, écrit par Brubaker et Fraction, dessiné par Aja.

La difficulté du scénario a aussi été de ramifier les différentes séries Marvel/Netflix en vue de la série Defenders qui sort en fin d’année. D’où le fait de caser Claire Temple, de parler des autres super-héros, et c’est là que Madame Gao, interprétée par Wai Ching Ho, lie tout cela avec brio. Ainsi, la série Defenders arrive à grands pas.

thedragoninside
I’m the Iron Fist

Moteurs..

Ensuite, les acteurs m’ont bluffé, en commençant par Jessica Henwick, qui incarne Colleen Wing, Daughter of the Dragon. Son jeu est constamment juste, et ses combats sont spectaculaires, c’est un vrai coup de coeur pour le coup, et cela prouve que Netflix ne se trompe jamais avec les personnages féminins (Karen Page, Jessica Jones, Misty Knight). Egalement, l’acteur principal, Finn Jones, que nous avions eu le plaisir de voir dans Game of Thrones jouer Loras Tyrell. Il aurait passé 14 heures parfois sur les plateaux de tournage, et ca se ressent, il est investi dans le rôle. Si certains lui reprochent de mal jouer, c’est je pense dû au ton de la série, car il n’est jamais à côté de la plaque. En tout cas, perso, quand un acteur s’investit dans un rôle, au point d’apprendre différentes techniques d’art martial, ca m’impose le respect.

badassitude
Dans ta gueule

.. Action ! ( oui, quand même ! )

C’est une série qui parle d’arts martiaux ? De super-héros ? Donc oui, il y a du fight ! Pas non plus à outrance, ce n’est pas un navet à la Fast and Furious, ou un JCVD.Ainsi, on a Iron Fist qui nous livre de beaux combats, bien orchestrés, avec de belles chorégraphies, notamment lorsqu’il relève le challenge de The Hand, face a de redoutables adversaires, et surtout ou Madame Gao, élément central de cette saison 1, a lâché les chevaux ! Le pauvre Dany s’en souvient certainement encore aujourd’hui.. Mais c’est surtout Colleen Wing qui a droit aux plus beaux combats, alors qu’elle est adepte du code du bushido, elle se fight contre des hommes aux taux d’hormones plus hauts les uns que les autres, merci les stéroïdes. Bref, elle leur met une raclée sévère, afin de payer ses loyers, car les cours qu’elle donne ne suffisent pas.

La réalisation pose quand même quelques lenteurs, là où on avait une première partie pleine, puis quelques épisodes « trous » dans Jessica Jones, Iron Fist alterne action avec lenteurs dans chaque épisode, il y a beaucoup de longs dialogues. Mais ca évite d’avoir des épisodes vides à la suite, et j’apprécie que Netflix ait tenté de corriger le tir.

welcomeback
Allez dors bien

Easter Eggs

Il y en a beaucoup, plus que dans les autres séries Netflix à mon goût, avec Stan Lee qui est toujours la figure de la police concernant le recrutement, on entend parler de l’incident à New-York, donc dans Avengers 1. Sont également cités le « green guy », Hulk, Daredevil, Luke Cage, il y a l’avocate Hoggarts, qui est celle de Dany Brand, et encore d’autres, je vous laisse la surprise !

Et maintenant ?

Attendons la fin d’année avec la réunion en 6 épisodes des Defenders, ces héros qui défendent les rues de New-York. Egalement, vousmpouvez retrouver Iron Fast Deluxe: Rage, dont j’ai parlé plus haut, qui est une histoire sur laquelle est basée en partie la série Iron Fist. Ensuite, ne peut qu’espérer voir une série Netflix « Héros à louer », avec un team-up de choc Luke Cage/Iron Fist. J’aimerai beaucoup quelque chose dans l’esprit de la série Luke Cage, très hip-hop, punchy, qui ne se prend pas trop au sérieux, avec beaucoup de kicking-ass !

alleztchao
Tchao

BIM !

Bref, je trouve que les journalistes qui critiquent les séries, films, dans la presse, devraient regarder la série en entier, ou du moins êtres détachés des reviews américaines. Notamment pour une chose, le public français n’est pas le public américain. Tant bien même, certaines journalistes américains ont réclamé un acteur asiatique pour Dany Rand, alors que, non, dans le matériel original, c’est un blond de type caucasien. Ca montre bien l’esprit post-élection de Trump, on l’où veut du multiculturel à outrance ( ce qui n’est pas toujours mal ), au point de, parce qu’il a été formé par des moines en Himalaya aux arts martiaux, il faudrait un asiatique, ce qui est un peu stéréotype, voire du racisme ordinaire..

 

Allez à la prochaine, allez doucement en pratiquant votre wushu !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s